Media Release 1990s AIDS Crisis revisited: Heroin and Fentanyl crisis has the U.S at a public health ‘turning point`, researchers say

Date: 16 May 2017

Print

Mexican-sourced heroin displacing heroin sourced from Colombia and Fentanyl seizures show a 134% increase from 2009 to 2014

National rates of heroin-related overdose rose 8% annually from 2006-13, as high as 50% in the East/South Central states of Kentucky, Tennessee, Mississippi, Alabama 

Tuesday, 16 May, 2017 (Montréal, Canada) – The widespread distribution in North America of synthetic opioids such as the painkiller Fentanyl is becoming the new norm and the spiralling number of overdose deaths associated with contaminated street heroin urgently needs an effective and committed public health emergency response, delegates attending the second day of the 25th Harm Reduction International Conference (HRI7) were told today. 

Lead author Dan Ciccarone, Professor of Family and Community Medicine, at the University of California in San Francisco said in his presenting study, US Heroin in Transition: Supply changes, adulteration and consequences , that the authorities were not treating the overdose issue as a true public health outbreak and urged better coordination between the criminal justice and public health systems to tackle the epidemic.

“We´re at the same stage now as we were with drug users at the height of the AIDS epidemic in the early 1990s but I strongly believe that just as the AIDS crisis produced innovation in public health strategies such as condoms and sterile syringe exchange, so too the opioid crisis we are presently experiencing has the potential to be a game changer.

“Currently in the US seized drugs most often end up in a county crime lab and are not tested. Information is power, we need to get creative and promote drug testing and dissemination of the data, ensuring law enforcement and public health authorities are working together,” concluded Ciccarone.

“If synthetic opioids are in fact becoming the new norm in terms of distribution and consumption then drug checking and supervised injection sites ought to become the new public health norms too,” said Rick lines, Executive Director of Harm Reduction International, convenors of HR17.

Ciccarone’s study looked at heroin-related overdose patterns across key U.S. regions.

National Forensics Laboratory (NFLIS) data show a 134 per cent increase in fentanyl seizures from 2009 to 2014 that are more dramatic in the Midwest and Northeast consistent with higher heroin-related overdose rates in those regions. National rates of heroin-related overdose rose 8 per cent annually from 2006 -13, but there are crucial regional differences: while increases were recorded in eight out of nine regions, East/South Central (Kentucky, Tennessee, Mississippi, Alabama) rates went up approximately 50 per cent and the Northeast and Atlantic Seaboard regions rose by 30-40 per cent. 

New study shows that 1 in 3 people who inject drugs report “overamping” 

In recent years there has been substantial focus on opioid overdose. Significantly less attention has been paid to “overamping,” a cluster of symptoms resulting from stimulant use. A new U.S-based study, “Overamping" - An Understudied Overdose Experience among People Who Inject Drugs, recruited around 500 drug users in Fresno, California, where stimulant use is common and found that over a third of them had ever overamped on stimulants Symptoms included fast heart rate (86 per cent), high body temperature/overheating (76 per cent), irregular breathing (71 per cent), extreme anxiety (72 per cent), panic (68 per cent), hypervigilance (67 per cent), extreme agitation (64 per cent), extreme paranoia (51 per cent), passing out (46 per cent), chest pain/tightening (44 per cent), nausea/vomiting (43 per cent), hallucinations (40 per cent), feeling paralyzed but awake (26 per cent), seizure (17 per cent), and jerking or rigid limbs (34 per cent). 

Lead author Robin Pollini, who conducted the research while a Senior Research Scientist at the Pacific Institute for Research and Evaluation, Maryland, USA, argues that harm reduction programs in areas with high levels of stimulant use should consider expanding overdose education efforts to include overamping risk reduction, identification, and response.

“Many of the drug users in our study reported both stimulant and heroin use on the day of their last overamping event, suggesting that combining education on opioid and stimulant overdose may be appropriate.”

New study: Prisoners and overdose in Canada

Across Canada, there has been a significant increase in overdose related deaths since 2011. Inmates are overrepresented in these statistics and are experiencing increased rates of overdose related deaths in the first two weeks following release. 

Inmates are our favourite mates: corrections based take home naloxone looks at a Pilot Project at Lethbridge Correctional Centre (LCC) in Alberta, Canada, offering naloxone training, prescribing, and dispensing to inmates at risk for an opioid overdose. A total of 54 naloxone kits were prescribed and dispensed during the pilot project. Subsequent to the pilot project, at least four successful opioid overdose reversals occurred with use of the naloxone kits. This is likely underrepresented due to loss of follow up or relocation of inmates. This pilot project was the first time naloxone was made available to inmates in provincial and Canadian correctional facilities. Lead author Ashley Cherniwchan, a Nurse Practitioner at The Alex Community Health Centre, Calgary said this pilot project also led to all Alberta Correctional facilities offering take home naloxone to inmates.

ENDS

Click here for the HR17 Programme
Click here for the HR17 Online Media Centre (Press Programme, Media Releases, Images etc)

Version Française

Retour sur la crise du SIDA des années 1990 : la crise de l’héroïne et du fentanyl atteint un point culminant en matière de santé publique aux États-Unis, selon des chercheurs.

L’héroïne en provenance du Mexique est en train de déloger celle de Colombie, et le nombre de saisies de fentanyl a augmenté de 134 % entre 2009 et 2014.

À l’échelle nationale, le taux de surdoses liées à l’héroïne a progressé de 8 % annuellement de 2006 à 2013. Cette hausse se chiffre à près de 50 % dans les États américains de l’Est et du Sud-Central, comme le Kentucky, le Tennessee, le Mississippi et l’Alabama.

Mardi 16 mai 2017 (Montréal, Canada) – La vaste distribution nord-américaine d’opioïdes synthétiques comme l’analgésique fentanyl se généralise, et le nombre croissant de surdoses liées à l’héroïne contaminée en circulation requiert une intervention urgente et efficace en matière de santé publique. C’est du moins ce qui a été annoncé aujourd’hui aux intervenants présents à la deuxième journée de la 25e Conférence internationale sur la réduction des méfaits (HRI7).

Dan Ciccarone, professeur de médecine familiale et communautaire à l’Université de Californie et auteur principal de l’étude intitulée US Heroin in Transition: Supply changes, adulteration and consequences, soutient que les autorités n’abordent pas l’enjeu des surdoses comme une réelle crise de santé publique. Il en appelle à une meilleure coordination des systèmes de justice criminelle et de santé publique pour remédier à l’épidémie.

« Pour les toxicomanes, la situation est comparable à l’apogée de la crise du SIDA au début des années 1990. Je suis toutefois persuadé qu’à l’instar de cette crise, qui a alimenté l’innovation stratégique en matière de santé publique, comme la distribution de condoms et de seringues stériles, la crise des opioïdes peut constituer un tournant. »

« À l’heure actuelle, la drogue saisie aux États-Unis aboutit dans un laboratoire criminel de comté et n’est jamais analysée. L’information étant synonyme de pouvoir, nous devons faire preuve de créativité pour promouvoir l’analyse de drogues et le partage des données, en nous assurant que les forces policières et les autorités de santé publique travaillent conjointement, conclut Dan Ciccarone. »

« Si les opioïdes synthétiques sont effectivement en train de s’imposer comme la nouvelle norme en matière de distribution et de consommation, l’analyse de drogues et les sites de consommation supervisée deviendront aussi des incontournables en matière de santé publique », a déclaré Rick Lines, directeur général, HarmReduction International, qui organise la conférence HR17.

L’étude de Dan Ciccarone s’intéresse à l’évolution des tendances en matière de surdoses à l’échelle de régions américaines clés.

Les données du National Forensics Laboratory (NFLIS) révèlent une hausse de 134 % des saisies de fentanyl entre 2009 et 2014. Ce pourcentage est encore plus élevé dans les régions du Midwest et du nord-est des États-Unis, qui affichent également un nombre croissant de surdoses liées à l’héroïne. À l’échelle nationale, les taux de surdoses liées à l’héroïne ont augmenté annuellement de 8 % entre 2006 et 2013, mais les données diffèrent considérablement en fonction des régions. Bien qu’on observe des hausses dans huit des neuf régions étudiées, les taux ont progressé de 50 % dans l’est et le Sud-Central (Kentucky, Tennessee, Mississippi et Alabama), contre 30 à 40 % dans les régions du nord-est et de la côte atlantique.

Dans une récente étude : un toxicomane par injection sur trois fait état d’overamping

Au cours des dernières années, un accent considérable a été porté sur les surdoses d’opioïdes. Beaucoup moins d’attention a toutefois été accordée au phénomène de l’overamping, soit l’apparition de divers symptômes découlant d’une utilisation excessive de stimulants. Une récente étude américaine intitulée "Overamping" - An Understudied Overdose Experience among People Who Inject Drugs, réalisée auprès de 500 toxicomanes de Fresno en Californie, une région affichant d’importants taux de consommation de stimulants, a révélé que près du tiers des utilisateurs avaient éprouvé des symptômes liés à une consommation élevée de stimulants. Parmi ces symptômes, mentionnons un rythme cardiaque accru (86 %), une température élevée (76 %), une respiration irrégulière (71 %), une anxiété extrême (72 %), des crises de panique (68 %), une hypervigilance (67 %), une agitation extrême (64 %), des épisodes de paranoïa intense (51 %), des pertes de conscience (46 %), des douleurs/sensations de serrement à la poitrine (44 %), des nausées/vomissements (43 %), des hallucinations (40 %), des épisodes de paralysie en état d’éveil (26 %), des convulsions (17 %) et des spasmes ou une rigidité des membres (34 %).

Robin Pollini, auteure principale de l’étude et scientifique en chef au Pacific Institute for Research and Evaluation du Maryland aux États-Unis soutient que les programmes de réduction des méfaits dans les secteurs où l’on observe un taux accru de consommation de stimulants auraient intérêt à intégrer la réduction des risques, l’identification des symptômes et le traitement des épisodes d’overamping dans leurs mesures de prévention des surdoses.

« Bon nombre des consommateurs de notre échantillon ont rapporté avoir consommé des stimulants et de l’héroïne le même jour que leur dernier épisode d’overamping, ce qui indique qu’il faudrait peut-être renforcer l’éducation au sujet des surdoses d’opioïdes et de stimulants. »

Nouvelle étude : surdoses chez les détenus canadiens

Depuis 2011, on observe une hausse considérable du nombre de décès par surdose à l’échelle du Canada. Une proportion importante de ces décès surviennent chez les détenus canadiens, notamment au cours des deux premières semaines suivant leur libération.

Une étude intitulée Inmates are our favourite mates: corrections based take home naloxone s’intéresse à un projet d’essai au centre correctionnel de Lethbridge (CCL) en Alberta au Canada, qui administre, prescrit et fournit de la naloxone aux détenus présentant des risques de surdoses liées à l’utilisation d’opioïdes. Au total, 54 trousses de naloxone ont été prescrites et distribuées au cours de ce projet pilote, ce qui a permis d’éviter au moins quatre surdoses. Ces données sont probablement inférieures aux résultats réels en raison de l’absence de suivi ou du transfert des détenus. Ce projet a donné lieu à la première initiative de distribution de naloxone dans des centres correctionnels provinciaux et nationaux. Aux dires d’Ashley Cherniwchan, infirmière praticienne au Alex Community Health Centre de Calgary, et auteure principale de l’étude, ce projet a également incité l’ensemble des centres correctionnels de l’Alberta à offrir des trousses de naloxone aux détenus lors de leur libération.

FIN

Cliquez ici pour consulter la programmation de la conférence HR17

Cliquez ici pour accéder au centre médiatique en ligne de la conférence HR17 (programme de presse, communiqués, images, etc.)

Pour de plus amples renseignements : (à Montréal)

HR17 Montréal
25th Harm Reduction International Conference
Montréal, Canada | 14 - 17 May 2017
www.hri.global/hr17 | #hr17 | @HRInews
At the heart of the response. Au coeur de la solution.
20 Years. Harm Reduction International

aidq. Association des intervenants en dépendance du Québec.